Rendez-vous au Panama !

10 novembre 2018

Que connaissions-nous du Panama avant le 31 juillet dernier, lorsque le pape François, lors de la messe de conclusion des JMJ de Cracovie, annonçait que ce pays accueillerait les prochaines JMJ, en janvier 2019 ?

Le canal, assurément, le récent scandale des Panama Papers, peut-être les chapeaux… et la liste pourrait s’arrêter là !

Le Panama, pays d’Amérique centrale de 3,8 millions d’habitants (dont 40% dans la capitale), compte environ 75 % de catholiques.


C’est le premier diocèse érigé sur le territoire continental américain, en 1513, et l’archidiocèse de Panama a fêté en grande pompe son 5e centenaire il y a quelques années. Il y a également de nombreux fidèles des Églises protestantes, et comme dans beaucoup d’autres pays d’Amérique latine, les Églises évangéliques connaissent une grande croissance.

Pays métissé, à la population d’origine amérindienne, espagnole, afro-antillaise, asiatique, où l’on parle autant l’anglais que l’espagnol, le Panama a la plus puissante économie d’Amérique centrale, dont l’essor est dû principalement au canal.

La zone du canal fut rendue au pays le 31 décembre 1999.

Message des Eveques panaméens

La Conférence épiscopale panaméenne a publié le 13 janvier un communiqué conclusif de son Assemblée plénière, qui présente sa réflexion sur la réalité de l’Église et du pays.

Elle indique avoir mis en route la préparation des JMJ qui s’y dérouleront du 22 au 27 janvier 2019, période des vacances d’été.

Elle a d’ailleurs mis en ligne le 31 juillet, immédiatement après l’annonce de la tenue des JMJ dans son pays, une vidéo promotionnelle intitulée JMJ PANAMÁ 2019 Nous t’attendons !

Le constat que dresse le communiqué sur la situation du pays est sans concession :

« … tous convaincus que nous vivons dans un environnement violent à tous les niveaux de notre vie : à la maison, dans la rue, dans les médias, dans les réseaux sociaux »,

les évêques appellent à la non-violence, à la protection de l’enfance, en particulier les enfants plus vulnérables, victimes d’exploitation par le travail, l’esclavage, la prostitution, l’émigration forcée.

Le système éducatif panaméen s’est effondré, constatent les évêques, et la question de l’éducation est prioritaire pour éviter au pays « un suicide social, politique et économique ». Il s’agit de mettre en œuvre une politique d’éducation intégrale, qui intègre le niveau humain et le niveau spirituel.

Enfin, ils appellent à passer de l’assistanat à une véritable promotion humaine, où les valeurs humaines essentielles prennent le pas sur l’économique et le matériel. Lutter contre la corruption, restituer les biens mal acquis, revenir à l’éthique et à la morale comme moyens d’action, accueillir les migrants, sont les dernières recommandations de ce communiqué.

Source : Annie Josse - février 2017

Un peu d’histoire et de géographie

Le Panama, en forme longue la République du Panama (en espagnol : Panamá et República de Panamá), est un pays de 75 420 km2 situé à l’extrémité sud de l’Amérique centrale, sur l’isthme de Panama. Il est limitrophe du Costa Rica et de la Colombie, dont il faisait autrefois partie. Le pays est peuplé de 3 657 024 habitants en 2015.

Le canal du même nom, canal de Panama autrefois américain, est aujourd’hui une source majeure de financement pour l’État panaméen. Une des spécificités du pays au niveau politique est qu’il ait renoncé à avoir une armée puissante au profit de la protection de son environnement ; c’est aussi le pays dont la plus grande proportion est couverte par des parcs naturels nationaux.

panama map