Sur les traces des Saints

29 juillet 2011

Les Saints qui ont marqué Tarragone

Tarragone est une ville qui portent les stigmates des passages des Saints tels que Saint Paul, Sainte Thècle ou encore les Saints martyrs Fructueux, Augure et Euloge. Un bref aperçu de la vie de ceux-ci vous est proposé.


Saint Paul



L’Église de Tarragone est sans aucun doute l’une des plus anciens en Espagne. Elle s’appuie sur la tradition faisant état de l’arrivée de Saint Paul en Espagne à Tarragone même. Ce voyage n’est pas impossible puisqu’il en manifeste l’intention dans la Lettre aux Romains (15, 24). Par ailleurs, Saint Jérôme (347 – 420) affirme qu’il a fait.


Sainte Thècle
Selon la tradition, Thècle est une jeune vierge, disciple de Saint Paul. Lors de son passage dans la ville, l’apôtre enseignait la foi chrétienne dans une maison voisine et Thècle, cachée derrière la fenêtre, écoutait ses paroles. Après trois jours, elle fut convaincue par le discours de Paul et désira elle aussi devenir chrétienne en consacrant sa virginité. Ayant ainsi provoqué la colère de sa mère et de son fiancé, elle fut dénoncée au gouverneur. Paul est chassé de la ville et Thècle condamnée au bûcher. Sauvée par un orage providentiel, elle rejoint Paul et survit tout aussi miraculeusement à d’autres aventures. Saint Thècle est la patronne de Tarragone dont la cathédrale porte le nom.


Saints Fructueux, Augure et Euloge
Le premier témoignage écrit que nous avons concernant les évêques de Tarragone date du IIIème siècle. Il se trouve dans les Actes du martyre de l’évêque Saint- Fructueux et ses diacres Augure et Euloge.


Durant la persécution de l’empereur Gallien en 259, ils furent d’abord jetés en prison, puis condamnés à être brûlés vifs. Après leur confession de foi devant le gouverneur, ils furent conduits à l’amphithéâtre, où Fructueux, en présence des fidèles, pria à haute voix pour l’Église catholique répandue dans la paix de l’Orient à l’Occident. Précipités dans les flammes d’un bûcher, une fois leurs entraves brûlées, ils se mirent à prier les bras en croix et c’est ainsi qu’ils terminèrent leur martyre.