Le Monastère de Poblet

29 juillet 2011

Patrimoine Mondial de l’Humanité (UNESCO)

Les jeunes JMJistes de notre diocèse pourront avoir la chance de découvrir ce monastère à quelques kilomètres de Tarragone lors des journées en diocèse.


Le Monastère de Santa Maria de Poblet est la référence typique des abbayes cisterciennes espagnoles et le panthéon des rois d’Aragon depuis Alphonse 1er.


Le monastère de Poblet fut fondé en 1151 par le comte de Barcelone, Ramón Berenguer IV. De l’abbaye de Fonfroide, près de Narbonne, il fit venir douze moines cisterciens : ils élevèrent les bâtiments, défrichèrent et mirent en valeur les terres de la communauté.


Les rois d’Aragon ne cessèrent de témoigner leur protection au monastère. C’est là qu’ils aimaient prendre leur retraite auprès de l’abbé.


Le monastère perdit de son importance après le XVIème siècle. Les guerres napoléoniennes, puis l’époque constitutionnelle (1820-1823) mirent à mal ou supprimèrent les ordres religieux. Après la restauration des bâtiments, les moines reviennent à Poblet en 1940.


Actuellement l’abbaye est habitée par une communauté cistercienne de la Congrégation de la Couronne d’Aragon et de Navarre.


A voir :
- l’imposant double mur d’enceinte (de 2 kms) qui protégeait moines et cultures avec la Porte Dorée (plaques de bronze doré) et entre deux tours à mâchicoulis
- la Porte Royale
- le cloître, construit au XIIème siècle, avec son lavabo à 30 jets
- La Salle Capitulaire (XIIIème siècle) : belle finesse des colonnettes et de leurs chapiteaux
- Cuisine et réfectoire datent du XIIe siècle : les moines y prennent toujours leurs repas
- l’église (1166) de style roman et en forme de croix latine
- Majestueux retable en albâtre, sculpté dans le style Renaissance
- Le Panthéon royal : tombeaux d’albâtre abritant les restes des rois d’Aragon


Phrase de saint Bernard, maître spirituel de l’ordre des cisterciens.
Non pedum passibus, sed desideriis quaeritur Deus.
Ce n’est pas par le mouvement des pieds mais par les désirs que l’on cherche Dieu.
(Sermon 84 sur le Cantique des Cantiques)