Avila : un lieu de pélérinage

31 juillet 2011

Patrimoine Mondial de l’Humanité (UNESCO)

Sur le chemin de retour, les jeunes JMJistes pourront s’arrêter à Avila. Ils auront ainsi la possibilité de découvrir la vie de Ste Thérèse d’ Avila ainsi que la spiritualité carmélitaine.


 Perchée à 1131m sur les hauts plateaux de la Meseta, Avila est la capitale provinciale la plus haute d’Espagne. A cette altitude, le climat castillan est encore plus rude : hivers très froids et très longs.


 


 La longue histoire d’Avila commence par l’établissement celtibère primitif des Vettons vers 700 ans avant J.-C.. A l’arrivée des Romains (IIIème siècle avant J.C.), la construction des remparts transforme Avila en une importante place défensive.


 Après une longue période de décadence, la ville atteint son apogée au XVIe siècle, grâce à l’industrie lainière et au développement économique qu’il permet.


 La ville est considérée comme « monument historique et artistique national » depuis1884. Inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1985, son principal monument est sa grandiose muraille (XIème - XIVème) de plus de 2500m de long, 9 portes et 88 tours.


 La Cathédrale (XIIème - XVème) : ce temple à l’aspect de forteresse possède une abside ou « cimorro » adossée aux remparts qui constitue la tour de défense la plus volumineuse du bastion. La façade mêle des éléments gothiques et baroques, tandis que l’intérieur se caractérise par les minutieux reliefs de son « trascoro » et le tombeau d’El Tostado, réalisé en albâtre.


 


 Intra-muros :


 


Place de Los Dávila, la demeure des Velada, le Palais des Valderrábano, le Palais de Nuñez Vela, la tour des Guzmanes… au total plus de 100 demeures et palais qui ont valu à la ville le nom de « Avila de los Caballeros « Avila des Chevaliers.


 



 


 


Avila de Sainte Thérèse :


 


Avila est la patrie de Sainte Thérèse de Jésus, l’une des plus grandes mystiques catholiques. Femme d’action infatigable, Sainte Thérèse parvint à rétablir l’observance de la très austère règle du Carmel. Cette Réforme suscite de nombreuses vocations et la conduit à fonder de nouveaux couvents. Elle écrivit beaucoup de lettres et plusieurs livres dont une autobiographie : « Le Livre de la Vie » (1588). Sur la Plaza de La Santa se trouve le couvent du même nom, construit sur l’emplacement de la maison natale de Ste Thérèse.


 


Avila extra–muros :


 


- Monastère de la Encarnación (Ste Thérèse y vécut 20 ans)


 


- Basilique San Vicente : XIIème, très bel exemple roman, dressée à l’endroit où furent martyrisés trois saints à l’époque de Dioclétien.


 


- Eglise San Pedro de facture romane.


 


- Palais de Los Deanes : demeure du XVIème, façade Renaissance : hébergement des Doyens (responsables ecclésiastiques)


 


- Le Monastère Santo Tomás : résidence d’été des monarques espagnols de style gothique isabélin.


 


- ancienne église Santo Tomé El Viejo